PROJET DE LUTTE CONTRE LA POLLUTION LUMINEUSE

Estrie
_3 mai 2009

PROJET DE LUTTE CONTRE LA POLLUTION LUMINEUSE

Thème de la ruralité :
Développement durable
Région :
Estrie
MRC :
Municipalité :
Pollution_lumineuse.jpg

En 1992, l'UNESCO reconnaît le ciel nocturne comme partie intégrante du patrimoine mondial à conserver. Avec ce projet, l'Observatoire du Mont-Mégantic s'inscrit en pionnier de la lutte contre la pollution lumineuse ici et dans le monde. Son slogan est révélateur : "Astronomes ou simples amoureux de la nature, tous s'émerveillent de la qualité exceptionnelle du ciel étoilé de notre région. Éclairons doucement pour en préserver toute la beauté."

Description du projet

Défi : Réduire la pollution lumineuse qui menace les activités de recherche et d'animation en astronomie de l'observatoire du Mont-Mégantic.

Idées reçues : L'éclairage nocturne, c'est l'effet pervers du développement et de la modernité. Comme personne ne veut revenir en arrière, il n'y a pas grand chose à faire pour limiter les dégats.

Solution durable : Ce projet de lutte contre la pollution lumineuse a pour objectifs de sensibiliser la population, de réglementer et de convertir l'éclairage extérieur à proximité de l'observatoire. Au moins 30% de l'énergie utilisée actuellement l'est en pure perte puisque la lumière produite éclaire inutilement le ciel. Une économie substantielle se réalise déjà.

Résultats :
- Les habitants des cinq municipalités se trouvant dans un rayon de 25 km de l'observatoire ont été sollicités pour convertir leur éclairage extérieur et plus de 80% l'ont fait;
- La ceinture de 50 km sera éventuellement invitée à s'impliquer dans la réduction de l'éclairage nocturne;
- L'appropriation du terme "pollution lumineuse" par l'ensemble des acteurs du territoire est maintenant chose faite;
- Le projet a reçu en 2007 la reconnaissance de l'IDA avec l'appellation de Réserve du ciel étoilé, la première au monde en milieu habité.

La petite histoire

L'Observatoire du Mont-Mégantic (OMM), créé en 1988, est le troisième en importance au Canada avec son télescope de 1,6 m de diamètre. La qualité de son instrumentation, mise à jour récemment au coût de 5 millions $, en fait l'un des premiers sites de formation universitaire d'astrophysique au monde.

Au moment de la construction de l'observatoire, la problématique de la pollution lumineuse est déjà présente un peu partout. Il faut attendre 1998, pour que l'International Dark Sky Association soit créée et dénonce la pollution lumineuse à l'échelle du monde, préconisant le respect de l'environnement nocturne et du patrimoine naturel qu'est le ciel étoilé.

Au Mont-Mégantic, durant les dix années qui ont précédé le démarrage du projet, des actions de sensibilisation sont menées aux abords de l'OMM. Ces actions n'ont pas de succès puisque la brillance du ciel est, en 2003, le double de ce qu'elle était vingt ans plus tôt. Cette pollution lumineuse compromet la mission scientifique du site et la pérennité de l'un des moteurs de l'économie de la région puisque le parc national et l'observatoire reçoivent près de 50 000 visiteurs chaque année.

En 2003, la situation empire et l'ASTROLab lance l'offensive en mettant en place ce projet de lutte contre la pollution lumineuse. Les objectifs de ce dernier sont, entre autres, de réduire de 50% la pollution lumineuse, de favoriser des éclairages efficaces tout en étant économes d'énergie, de réduire l'inconfort généré par les phénomènes d'éblouissement et d'aveuglement associés aux mauvais dispositifs et de réduire l'éclairage intrusif qui nuit à la quiétude des gens. Le remplacement de l'ensemble des dispositifs d'éclairage extérieur au sein de 32 municipalités est prévu.

Le coeur du projet

Le plan d'action du projet de lutte contre la pollution lumineuse repose sur trois axes, soit la sensibilisation, la réglementation et la conversion des dispositifs l'éclairage.

Sensibilisation d'abord de la population et des décideurs politiques locaux qui sont les acteurs principaux du changement souhaité. Que cette lutte s'inscrive dans une démarche de développement durable n'est pas son moindre avantage. Le fait que l'éclairage nocturne constitue un important gaspillage, équivalent à plusieurs dizaines de millions $ au Québec, fait aussi mouche. L'échéancier de cinq ans prévoit que tout le rapport à la lumière va changer pour la population qui verra sa qualité de vie améliorée avec la sauvegarde du ciel étoilé.

Soirées publiques d'information, distribution d'un dépliant informatif dans toutes les boites aux lettres, rédaction d'un guide technique et réglementaire destiné aux municipalités, inspecteurs, ingénieurs et architectes, page Internet sur le site de l'ASTROLab, publication d'articles dans les journaux locaux, tout a été mis en oeuvre pour faire la promotion du programme de conversion de l'éclairage auprès de l'ensemble de la population. L'importante visibilité médiatique accordée au projet a contribué à son succès.

Le deuxième axe d'intervention du projet est la réglementation qui doit encadrer les nouvelles installations afin qu'elles respectent les spécificités du lieu. Cette réglementation précise les définitions et les conséquences de la pollution lumineuse, rappelle les cadres scientifiques de mesure de cette pollution, définit les normes sur le type d'équipement requis, sur la quantité de lumière nécessaire et sur les heures d'opération. La réglementation est adoptée via les schémas d'aménagement des MRC concernées.

La conversion des dispositifs d'éclairage est le dernier axe couvert par le projet. Les conversions se font sur la base du volontariat et des incitatifs financiers, s'élevant jusqu'à 80% du montant total des travaux, sont disponibles. Hydro-Québec est un partenaire financier très important de ce volet.

Les leçons du projet

Peu nombreux sont les territoires qui ont les raisons scientifiques de mettre en place de telles mesures de réduction de la pollution lumineuse. Cependant, à l'heure du développement durable et de la préservation du patrimoine commun de l'humanité, la réduction des dépenses énergétiques et la préservation du ciel étoilé peuvent devenir partout un enjeu de développement harmonieux.

Créer son expertise
Pionniers dans la lutte contre la pollution lumineuse, les porteurs de projet construisent eux-mêmes leur expertise. En matière de réglementation de l'éclairage extérieur et de conversion de cet éclairage, très peu d'exemples existent. Un instrument de mesure de la pollution lumineuse est installé sur la coupole de l'observatoire et un suivi de la conversion et de ses impacts réels sur la brillance du ciel est assuré.

Se donner les moyens de réussir
Le coup d'éclat de ce projet est d'être aussi bien apprécié de la population locale, des élus régionaux, des organismes provinciaux, du gouvernement fédéral que des scientifiques internationaux. La Charte du patrimoine paysager de l'Estrie donne du crédit à l'opération alors que la visibilité médiatique renforce la fierté de participer concrètement à la réussite d'un projet d'envergure internationale.

Deux personnes ont été engagées pour porter le projet et assurer le suivi de l'élaboration de la réglementation et de la conversion de l'éclairage. Les municipalités donnent l'exemple en convertissant l'ensemble de leurs dispositifs d'éclairage public et prêtent leur concours pour l'organisation de réunions publiques. À ce jour, même dans la ville de Sherbrooke, située à 60 km de l'observatoire, les gens ont conscience de l'importance d'agir d'autant plus que les solutions proposées sont faciles à mettre en place.

S'adapter aux réalités locales
Le projet mené dans la région du Mont-Mégantic est proposé de façon souple et modulable. On suggère un changement de comportements et une évolution des pratiques et on reste ouvert aux besoins particuliers plutôt que d'adopter une démarche coercitive.

Synonyme de sécurité pour plusieurs, l'éclairage nocturne mal utilisé et éblouissant présente des risques qui sont méconnus. Une évaluation de la situation de chacun et des recommandations qui répondent aux nouvelles normes apportent un changement de regard sur l'éclairage et une nouvelle vision de la sécurité nocturne.

S'approprier les enjeux de société contemporains
Cette initiative, c'est aussi un projet d'efficacité énergétique et de gestion de la consommation d'énergie. En plus de participer à la sauvegarde d'un site exceptionnel, l'économie d'énergie et les gains monétaires qui en découlent ne sont pas négligeables. À l'heure où le développement durable fait partie de tous les discours, le projet s'inscrit parfaitement dans une stratégie de territoire et son acceptation est facilitée par le contexte ambiant de conscientisation aux enjeux environnementaux.

Fiche du projet
Statut du projet:
Année de démarrage:
2003
Organisme ayant procuré une aide technique ou financière:
Observatoire du Mont-Mégantic
Source(s) de financement:
- Hydro-Québec; - Ressources naturelles Canada; - MAMR; - Parc national du Mont-Mégantic et Observatoire; - Particuliers, industries, agriculteurs et commerces.
Nombre d'emplois créés:
2
Personne responsable:
Chloé Legris
Adresse:
Téléphone:
866-888-2941, poste 228
Courriel:
pollution.lumineuse@astrolab.qc.ca
Liens Web: