Le projet Harmonie Inter-Communauté

Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
_19 juin 2013

Le projet Harmonie Inter-Communauté

Thème de la ruralité :
Services de proximité
Région :
Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine
MRC :
Avignon
Municipalité :
Pointe-à-la-Croix
Le projet Harmonie Inter-Communauté

Le Projet Harmonie inter-communauté a permis des rapprochements interculturels par l’amélioration des relations entre les autochtones et les non autochtones principalement entre la municipalité de Pointe-à-la-Croix et la communauté de Listuguj, mais aussi quelques villages avoisinants, situés en Gaspésie.

Description du projet

Défis

Améliorer les relations entre les communautés, permettre le développement de communautés plus sécuritaires et vaincre les préjugés raciaux qui subsistent chez les jeunes et moins jeunes, dans un contexte de rapports difficiles entre les communautés autochtones et non autochtones.

Idées reçues

Rapprocher les citoyens de la communauté autochtone de Listuguj et les communautés avoisinantes en augmentant la connaissance et la compréhension des deux communautés l'une envers l'autre afin qu’elles échangent et travaillent dans une meilleure collaboration.

Solution durable

Création d’un comité pour analyser la situation et dégager des pistes de solutions ciblant la création de liens entre les citoyens comme un moyen intéressant pour améliorer les relations.

Résultats

Depuis le début du projet, un réel changement s’est installé dans les communautés. Le climat est plus favorable et tous se sentent davantage en sécurité.  Les préjugés, les actes de racisme qui se traduisaient par des gestes d’intimidation, de vandalisme et de violence ont significativement diminué. Les individus des deux communautés s'impliquent davantage dans les actions d'échanges. Il arrive maintenant que les jeunes se donnent rendez-vous eux-mêmes pour une activité ou s’échangent des courriels, ce qui ne serait jamais arrivé auparavant.

La petite histoire

Pointe-à-la-Croix, municipalité de 1 554 habitants, est voisine de Listuguj,  une communauté autochtone qui compte environ 2 014 habitants. Les rapports entre les deux communautés étaient très difficiles; on y rapportait de nombreux actes criminels. Les commentaires négatifs des jeunes de la Maison des jeunes de Pointe-à-la-Croix ont amené la coordonnatrice de l’époque à se questionner sur les relations entre les habitants de la communauté de Listuguj et de la municipalité de Pointe-à-la-Croix. Pour vérifier ses inquiétudes, elle fit circuler un questionnaire dans les écoles primaire et secondaire. Les résultats ont mis en lumière les préjugés raciaux qui existaient chez les jeunes. Elle prit donc les choses en main afin d’améliorer le climat entre les communautés et favoriser les rapprochements interculturels. Conscients de l’urgence d’agir, les différents acteurs et intervenants de chacun des milieux se sont rapidement mobilisés et réunis pour former un comité pour analyser la situation et dégager les pistes de solution.

Le cœur du projet

Le projet Harmonie Inter-communauté Listuguj — Pointe-à-la-Croix est un projet à long terme auquel deux intervenants travaillent en collaboration avec un comité de partenaires qui inclut plusieurs organismes de la communauté de Listuguj ainsi que des municipalités avoisinantes.  (membres des services sociaux, Maison des jeunes, écoles, policiers, etc.). Le comité guide le projet et veille à son bon déroulement.

L’ambition du projet est de créer puis de consolider les liens entre les citoyens des deux communautés. Pour y parvenir, diverses activités sociales, culturelles et communautaires de partage ont été ciblées par les différents partenaires comme moyen de favoriser les rapprochements interculturels et de développer des valeurs de respects entre les citoyens de la communauté autochtone et des municipalités avoisinantes.

Les activités offertes permettent de se côtoyer, de mieux se connaître et d’apprendre à vivre ensemble. Plusieurs types d’activités sont organisés dans les communautés. Par exemple, chaque jeune de l’école primaire de la communauté de Listuguj est jumelé avec un jeune d'une autre école avec qui il  échange durant l'année scolaire des lettres et des cartes lors des fêtes, de plus, lors des activités et des sorties, ceux-ci sont amenés à partager le même banc d’autobus, à s’amuser et à travailler ensemble. La diversité des types de sortie et d’activité est au rendez-vous : cabane à sucre, pique-niques, différentes visites (bibliothèques, musée, ferme…), bricolage, atelier scientifique, activités éducatives en classes, présentations de danse autochtones, échanges culturels, cours de langues micmacs, plantation d’arbres, de la glissade et des voyages pour n’en nommer que quelques-uns. Pour les adolescents,  une équipe de hockey réunissant des jeunes de Listuguj et des municipalités environnantes a été mise sur pied. Pour les adultes, un symposium des arts et un concours de décoration de Noël inter-communauté ont lieu chaque année. À travers toutes ces activités culturelles,  les connaissances des professeurs et la sagesse des aînés sont en trame de fond; toutes les occasions sont prétextes à se retrouver ensemble pour partager la richesse de leurs différences.

La méfiance et les préjugés envers les citoyens de l’autre communauté ont remis plusieurs fois en péril l’implantation du projet. Celle-ci s’est donc faite graduellement et les membres du comité dû démontrer à plusieurs reprises la légitimité du projet.  La première phase a amené les citoyens à apprivoiser les différentes cultures et de mettre en commun leurs préoccupations face aux jeunes de leur territoire. La seconde phase a permis aux professionnels et aux jeunes impliqués dans le projet de développer un sentiment d’appartenance au groupe formé par Harmonie Inter-communauté ainsi qu’une volonté d’aller plus loin dans les interventions. La phase actuelle vise à maintenir les activités tout en rayonnant encore plus au coeur des communautés ciblées. Elle est nécessaire pour consolider et perpétuer l’appréciation de l’autre et ainsi mieux contribuer à l’épanouissement de milieux de vie plus sécuritaires.

Pour dissiper la méfiance envers le projet, la première action entreprise fut la signature du Traité d’Harmonie, un engagement entre les citoyens des deux villages ainsi que des écoles impliqués dans le projet autour des mêmes valeurs. Pour la communauté de Listuguj, il s’agissait d’un symbole fort pouvant les aider à établir une relation à long terme avec les citoyens de la municipalité de Pointe-à-la-Croix. Ce traité a pour objectifs le respect entre les individus, la considération entre les dissemblances des deux communautés ainsi que le partage des savoirs. Le traité est renouvelé tous les ans, le 1er octobre d'harmonie avec des représentants des élèves de chacune des écoles, des enseignants, des personnes âgées de la communauté. Le renouvellement est désormais vital pour le maintien du climat dans les communautés.

Les intervenants misent sur les jeunes pour parvenir doucement à un changement de mentalité afin que le respect des différences soit davantage intégré chez la génération montante. On mise sur leur ouverture aux différences et leur sensibilité pour changer les perceptions et vaincre les préjugés, même auprès de leur parent. En effet, dès les débuts du projet, les jeunes et le milieu scolaire ont été impliqués et sont invités, à chaque début d’année, à renouveler le traité de paix qui a été signé au début du projet. 
Harmonie est bien enraciné dans les communautés et reconnu comme un projet porteur. Le comité de partenaire d’Harmonie Inter-communauté est plus actif que jamais, en se réunissant tous les trois mois, il persiste à créer des opportunités de liens. Depuis le début du projet, un réel changement s’est installé dans les communautés. Les retombées positives ont encouragé les partenaires à travailler sur un territoire grandissant et à organiser de plus en plus d’activités. Aujourd’hui, le projet se déploie également dans les municipalités du secteur de Matapédia et les plateaux.

Les leçons du projet

Impliquer les jeunes
Les jeunes ont été au cœur du projet et le changement s’est fait par eux. L’ancrage dans les écoles primaires et secondaires constitue une grande force du projet.

Faire participer le milieu
Devant l’évidence du problème, les partenaires du milieu se sont ralliés rapidement au projet. Les solutions et les activités ont ainsi mieux rejoint les communautés puisque cela ne leur était pas imposé de l’extérieur.

Créer le lien social par la sensibilisation
La méconnaissance de l’autre est souvent à la base de plusieurs conflits et dans ce cas-ci, la diminution de la violence entre les deux communautés le démontre bien. Information, sensibilisation et mise en commun sont les ingrédients essentiels au tissage de liens et à la création d’un bon climat social.

Fiche du projet
Statut du projet:
Implantation terminée / projet en fonction
Année de démarrage:
2002
Organisme ayant procuré une aide technique ou financière:
La municipalité de Pointe-à-la-Croix, le conseil de bande de Lituguj, la Sûreté du Québec, le département de police de Listuguj, les Maisons des jeunes, le CSSS Baie-des-Chaleurs, le centre de santé de Listiguj et le milieu scolaire.
Source(s) de financement:
La municipalité de Pointe-à-la-Croix et le conseil de bande de Lituguj et le Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport, le Secrétariat des affaires autochtones, Baie-des-Chaleurs active et en santé, gouvernement provincial
Nombre d'emplois créés:
2 emplois à temps partiel
Personne responsable:
Annabel Francoeur et Pierre Vicaire
Adresse:
139, boulevard Inter-Provincial, Pointe-à-la-Croix, G0C 1L0 // 1, Riverside West, C.P 298, Listuguj Qc, G0C 2R0
Téléphone:
418 788-3222 // 506 789-3152
Courriel:
annaloisirs@hotmail.com // harmoni2002@hotmail.com