Vitalité : Mode d’emploi

3 Février 2014

Vitalité, mode d’emploi? Je vous le dis tout de go, il n’y en a pas de mode d’emploi, pas de recette magique! Il existe par contre des ingrédients indispensables à la mise en place et à la réussite des initiatives de revitalisation ou de développement qui ne peuvent et ne doivent pas nous échapper.

Nos leaders, nos citoyens engagés ont été et demeurent la clé de voûte du développement de nos communautés. C’est l’initiative humaine qui fait la différence entre une communauté en développement et une communauté en difficulté. Mais au-delà de leur présence dans leur milieu, c’est l’attitude de confiance et d’ouverture affichée par ces personnes engagées qui est déterminante. C’est sur leur capacité à renouveler le regard, à penser globalement le territoire, à accueillir de nouvelles idées, de nouvelles personnes aussi, à alimenter et protéger les initiatives émergentes que reposent la vitalité, le renouveau et l’avenir de nos villages. 

Tout comme la nature nous l’enseigne. Quand, à la fin de l’hiver, le soleil reprend ses droits dans le ciel, qu’il fait fondre la glace et la neige, bourgeonner les arbres et sortir les gens. Tout est comme avant? Non. Pas tout à fait. Les choses ont changé. Les choses changent toujours. L’hiver est dur et laisse des traces un peu partout. Des arbres seront tombés, quelques granges abandonnées auront croulé sous le poids de la lourde neige.

C’est ce que l’on remarquera en premier. Le regard est souvent attiré par ce qui manque, par ce qui se dégrade. Mais le sage sait que la vie renaît toujours. Pendant que le regard se porte sur ce qui manque, il ne voit pas d’emblée ce qui n’était pas là avant l’hiver, ce qui est peut-être délicat pour le moment, mais qui grandira. C’est pourtant dans cette pousse délicate que résident l’espoir et l’avenir.

Voilà une belle leçon à tirer dans les efforts de développement et de revitalisation de nos communautés.  Revitaliser, développer, ce n’est pas seulement maintenir ce qui fonctionne déjà, c’est recréer, réinventer constamment, continuellement. Et ce processus commence dans le regard qui est posé sur les choses et les gens. L’inédit et l’inattendu grandissent dans la curiosité et l’acceptation et sont à la base des succès rencontrés.

« Il faut de l’esprit pour parler, mais il faut de l’intelligence pour bien écouter. » Oh! combien André Gide avait raison! Ces citoyens qui se présentent aux assemblées publiques sont porteurs de critiques, mais aussi de solutions pour peu qu’on sache bien écouter, bien faire parler. Ces opposants à ce projet de développement sont un frein, ou un aiguilleur, selon la façon dont on les écoute, selon l’attention qu’on leur accorde, tout dépend de l’ouverture.

Et aujourd’hui, la Politique nationale de la ruralité renouvelée est une chance de faire plus que ce que l’on faisait déjà, ou de faire mieux, si l’on choisit d’être curieux et de prendre un peu de temps pour y réfléchir.

En somme, des leaders de cœur qui gardent toujours une vision territoriale du développement en tête. Voilà le thème que vous propose Solidarité rurale du Québec pour sa 20e Conférence nationale. À la veille de débuter une décennie de Politique nationale de la ruralité, nous vous convions à réfléchir à la base de toute l’édification d’une communauté : l’humain. Avec tout ce que cela implique d’ouverture et de curiosité. Une réflexion essentielle pour que la prochaine décennie en soit réellement une de partages, de rassemblements, d’innovations. En serez-vous? 

par Claire Bolduc
presidente@solidarite-rurale.qc.ca