Merci Monsieur Proulx!

1 Mai 2008

Par Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec
presidente@solidarite-rurale.qc.ca

Février 1991! Près de 1200 personnes, des leaders du monde québécois, des citoyens de communautés de toutes les régions, des membres d'organismes de la société civile, tous étaient réunis pour faire face à la crise de dévitalisation des campagnes québécoises et prendre des engagements afin de renverser cette tendance et de bâtir un meilleur avenir. C'étaient les États généraux du monde rural et moi, j'y étais!

Solidarité Rurale du Québec a été créée à l'issue de cet événement. J'étais fière de faire partie de ce moment historique, mais j'étais bien loin de me douter que 17 ans plus tard, il me reviendrait de prendre à mon tour le flambeau, transmis directement des mains du fondateur de ce mouvement, Jacques Proulx.

Au fil de ses travaux et de ses interventions, l'organisation a acquis une crédibilité certaine et une notoriété qui lui permettent d'avancer résolument vers son idéal d'un monde rural digne et prospère. Inlassablement, avec la fougue et la conviction qu'on lui connaît, M. Proulx a milité, informé, sensibilisé, conseillé tous ces décideurs et il a mobilisé les communautés autour des richesses de cette ruralité qu'il aime et qu'il a défendue avec acharnement. Quand je regarde aujourd'hui le monde rural, je ne peux que constater tout le chemin parcouru et le rôle qu'a joué Solidarité rurale dans ces avancées. Qui aurait pu prévoir en 1991 que deux Politiques nationales de la ruralité seraient conclues? Qui aurait alors parié sur la mise en place de mesures spécifiques pour les terroirs et l'engouement qui s'en est suivi? Qui donc pouvait croire qu'un vent de revitalisation et de fierté émanerait d'un regard neuf sur la ruralité? Et qui pensait que la mobilisation citoyenne ferait battre en brèche des décisions défavorables en matière de services de proximité? La ruralité a changé et notre coalition peut être fière du travail accompli.

J'entreprends ainsi avec beaucoup d'enthousiasme et de conviction ce mandat à la présidence de Solidarité rurale du Québec. Dans le respect des personnes et des instances qui composent la Coalition et dans un esprit de continuité, je m'engage à poursuivre le travail entrepris et à maintenir le cap pour promouvoir, défendre et définir une ruralité dynamique et innovante. Depuis 1991, la ruralité, ce concept au départ abstrait pour la majorité, a pris de plus en plus de place et a gagné ses lettres de noblesse, mais il reste encore beaucoup à faire avant que le monde rural prenne tout l'espace qui lui revient.

Face aux enjeux de la mondialisation, de la démographie, des avancées technologiques, de la dégradation de l'environnement, de l'identité culturelle, Solidarité rurale du Québec contribuera plus que jamais aux débats, à la recherche de solutions et plus largement, au changement social. Son regard neutre et englobant, son analyse rigoureuse campée dans une approche territoriale, ses positions réfléchies et concertées seront d'autant plus appréciées dans un avenir toujours plus complexe. Mais au-delà de ces énormes défis, un enjeu demeure primordial : que la qualité de nos communautés rurales, leur potentiel et leur capacité à se prendre en charge soient nourris, connus, reconnus et mis à profit dans l'édifice d'une société renouvelée. Tous ces défis, si nous avons l'intelligence de l'innovation, de l'audace et de la coopération, pourront être une grande source d'opportunités.

Pour cette vision riche du monde rural, pour cette foi inébranlable en l'avenir prometteur de nos communautés, merci M. Proulx. Mais plus encore, pour moi personnellement, pour cette formidable chance que j'ai de vous succéder à la tête d'une organisation structurée et structurante, pleine d'idées, d'énergie et de possibilités, merci infiniment M. Proulx!


Québec rural volume 17 no 3 - Mai 2008