Stratégie de développement économique - L'Avantage québécois fait peu de place aux communautés rurales

20 Octobre 2005

Nicolet, le 20 octobre 2005 -- Réagissant à la stratégie gouvernementale en matière de développement économique, Solidarité rurale du Québec a déploré le manque de cibles concrètes permettant aux communautés rurales de faire face aux défis démographiques et de reconversion, certaines y étant pourtant confrontées de façon particulièrement urgente. De plus, la Coalition a constaté que si à travers cette stratégie, l'Etat cherchait à alléger et à simplifier les services offerts à l'entreprise privée, celle-ci est loin de procéder à la nécessaire révision du rapport entre l'Etat et les collectivités territoriales. Une véritable décentralisation des leviers économiques aurait exigé davantage, notamment l'application de clauses modulatoires comme celle qui se trouve dans la Politique nationale de la ruralité.

Comme l'a déclaré le président de SRQ, M. Jacques Proulx : "S'il y a un avantage à cette stratégie, il n'est certainement pas dans la place faite aux communautés rurales. Einstein disait qu'on ne peut changer les choses en continuant à les faire de la même façon. C'est un peu l'impression que nous donne ce document. En fait, nous sommes d'autant plus étonnés de la minceur des mesures visant le développement local qu'elles ont été présentées par un ministre provenant d'une région comptant des MRC parmi les plus pauvres du Québec, qui devrait donc être sensible aux réalités des communautés éloignées et à la nécessité de moduler les programmes, politiques et stratégies pour que tous les citoyens y trouvent leur compte, peu importe la taille de leur village."

Confronté au défi démographique, le Québec doit miser plus que jamais sur la prise en charge des communautés de leur propre développement et leur pleine participation. Dans un tel contexte, la Coalition s'étonne que la stratégie ne tienne pas compte des mesures existantes, notamment la Politique nationale de la ruralité. Ce formidable outil de prise en charge des communautés a permis la signature d'une centaine de pactes ruraux, qui sont autant de projets portés par les communautés rurales et qui ont fait l'objet de contrats avec le gouvernement du Québec.

"Ces pactes ont été un véritable tremplin pour bâtir le développement local des dernières années, plusieurs élus municipaux en ont d'ailleurs témoigné avec force lors du dernier congrès de la FQM. Or, ils arrivent à échéance et rien dans la stratégie proposée n'indique que le gouvernement entend s'engager dans le même respect face aux communautés et avec une même souplesse favorisant l'innovation dans une deuxième phase pourtant fortement appelée par le milieu. C'est déplorable, car il s'agit d'un modèle innovateur qui a fait ses preuves économiques, mais aussi en termes de fierté, d'engagement et de prise en charge. Le modèle de développement souhaité par les communautés n'est pas unique, mais dans l'esprit, il s'inspire davantage de Sainte-Clotilde avec ses 15 familles d'immigrants et le retour de son école communautaire que des savants indicateurs de résultats proposés qui ne tiennent même pas compte de la balance démographique des villages", a conclu M. Proulx.

Solidarité rurale du Québec considère que pour la santé économique du monde rural, il y a urgence à préparer la deuxième phase de la Politique nationale de la ruralité, qui bien que modeste au plan budgétaire, a favorisé le développement et la prise en charge.


À propos de Solidarité rurale du Québec

Créée en 1991 pour assurer le suivi des États généraux du monde rural, Solidarité rurale du Québec a pour mission de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural, de ses villages et de ses communautés, de manière à renverser le mouvement de déclin et de déstructuration des campagnes québécoises. Composée d'une vingtaine d'organismes nationaux, de quelque 80 membres corporatifs et de plusieurs membres individuels, la Coalition agit, depuis juin 1997, à titre d'instance-conseil du gouvernement du Québec en matière de ruralité.




Source : Solidarité rurale du Québec
Pour renseignements : Catherine Escojido
Téléphone : (514) 927-8807