Solidarité rurale du Québec est déçue du document de travail sur la forêt, qui ne rencontre en rien les attentes du monde rural

16 Octobre 2008

Réforme du modèle forestier québécois : penser autrement

Nicolet, le 16 octobre 2008 - Lors de son audition devant la Commission parlementaire, Claire Bolduc, présidente de Solidarité rurale du Québec, a dénoncé l'immobilisme et le manque de vision du document de travail intitulé « L'Occupation du territoire forestier québécois et la constitution des sociétés d'aménagement des forêts ».

« Ce document de travail ne répond pas du tout aux attentes des communautés forestières et du monde rural en général. C'est décevant, le ministère n'arrive pas à penser autrement le modèle forestier québécois, sinon à travers la même logique de volume qui réduit nos communautés à des territoires de cueillette et enferme la foresterie québécoise dans la production de masse sans valeur ajoutée. »

Claire Bolduc en appelle à rompre définitivement avec cette logique : « Nous devons mettre un terme à ce modèle forestier. La nouvelle foresterie en sera une qui met les communautés au cour de son développement ou ne sera pas. Il en va de sa relève, de la culture forestière et de l'ancrage territorial sans lesquelles notre foresterie ne pourra être ni durable, ni porteuse d'avenir pour les jeunes générations. »

Dans son mémoire, Solidarité rurale du Québec propose des solutions concrètes à l'impasse qui sévit. « Il faut d'abord diversifier les modes de tenure pour que la forêt de proximité puisse trouver une place suffisante et non ridiculement négligeable. Une diversification qui favorise et privilégie les projets à valeur ajoutée ancrée dans les territoires. Une gestion qui considère la forêt comme un tout et permet de créer plus de valeur avec toutes les activités et usages possibles et émergents. Une foresterie qui ne réserve pas un traitement de faveur pour les gros et laisse le risque et la précarité aux plus petits. Une gouvernance qui ne vient pas créer des structures bureaucratiques, mais qui s'appuie sur les institutions locales, avec la MRC comme pierre d'assise pour l'aménagement du territoire et de ses ressources. »

« La tenue de cette commission arrive à un moment de crise d'une ampleur mondiale, une crise qui nous enseigne que les géants de ce monde ont des pieds d'argile. Cette logique de l'énormité, de la consolidation et de la fusion nous ronge de l'intérieur. Nous n'avons plus le choix d'avoir le courage, l'intelligence et l'ouverture de changer les choses en donnant aux communautés la possibilité de s'approprier leur développement et de prendre en charge ses leviers » a conclu Claire Bolduc.


À propos de Solidarité rurale du Québec
Créée en 1991 pour assurer le suivi des États généraux du monde rural, Solidarité rurale du Québec a pour mission de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural, de ses villages et de ses communautés, de manière à renverser le mouvement de déclin et de déstructuration des campagnes québécoises. Composée d'une vingtaine d'organismes nationaux et de quelque 200 membres corporatifs et individuels, la Coalition agit, depuis juin 1997, à titre d'instance conseil du gouvernement du Québec en matière de ruralité.



Source :    Mélina Morin
                 Agente de communication
                 Solidarité rurale du Québec
                 Téléphone :    819 293-6825
                 Cellulaire :    514 885-7434