Développement durable et approche territoriale

19 Mai 2005

Consultation sur le plan de développement durable - De bonnes intentions qu'il faut maintenant ancrer dans les territoires

NICOLET, le 19 mai - Dans le mémoire déposé aujourd'hui au gouvernement du Québec dans la foulée de la consultation sur le plan de développement durable et l'avant-projet de loi qui l'accompagne, Solidarité rurale du Québec a salué l'approche globale préconisée et le caractère transversal de l'application des mesures. Comme l'a déclaré le président de la coalition, M. Jacques Proulx : "La vision du gouvernement sur la question du développement durable est large, innovatrice et inspirée de ce qui se fait de mieux ailleurs dans le monde. Il faut applaudir sans réserve cette initiative.

Par contre, elle comporte une lacune importante qu'il est encore temps de combler, elle n'est pas ancrée dans les territoires, ni intégrée à la vie des communautés. À l'heure actuelle, tout ce qui est prévu pour susciter la participation des citoyens et des instances locales est de nature consultative. Ce n'est pas suffisant, il faut au contraire, suivant les engagements du gouvernement en faveur d'une décentralisation réelle, créer un espace pour l'intervention locale tant dans la décision, la gestion que l'application. Autrement, le plan du développement durable sera, comme cela s'est déjà vu dans d'autres cas, affaire de bureaucratie et de mur à mur."

En tant qu'instance-conseil du gouvernement du Québec en matière de ruralité, SRQ a développé une prise de position en six points et a formulé des recommandations précises quant à la façon de les appliquer. (voir mémoire au www.solidarite-rurale.qc.ca).

1- Oui à l'approche globale de développement s'appliquant de façon transversale et en harmonisation avec les grands accords internationaux, mais à condition de l'ancrer solidement dans le développement territorial;

2- Oui au commissaire au développement durable qui relèverait du Bureau du vérificateur général, mais nécessité de se doter d'objectifs précis et d'indicateurs de mesure des résultats, qui tiennent compte des territoires et qui permettent des comparaisons avec d'autres pays;

3- Nécessité absolue d'aller plus loin que la simple consultation de citoyens pour plutôt favoriser les initiatives locales, l'engagement des communautés à travers toutes les étapes du processus, de la planification à l'évaluation des résultats en passant par la mise en oeuvre;

4- Nécessité d'arrimer le plan de développement durable à la Politique nationale de la ruralité, à la politique de certification et d'appellation des produits du terroir en devenir ainsi qu'à la démarche de décentralisation amorcée en vue d'un véritable renouvellement de la gouvernance, incluant le partage des compétences avec les MRC, les municipalités et les CLD;

5- Nécessité de s'inspirer davantage de l'expérience notamment du Conseil de l'Europe qui vient d'adopter une déclaration sur la dimension territoriale du développement durable. Le plan doit donc fixer un objectif d'occupation durable du territoire et reconnaître le visage multiforme des réalités territoriales québécoises;

6- Nécessité d'inclure l'occupation rationnelle, durable et harmonieuse du territoire dans la Charte des droits et libertés de la personne au même titre que le droit de vivre dans un environnement sain etrespectueux de la biodiversité.


"Un plan porteur d'avenir et d'espoir, qui atteindra des résultats durables seulement si on y greffe un volet permettant aux citoyens de tous les villages du Québec de se l'approprier et d'en dessiner les contours en fonction de leurs réalités et de leurs aspirations", a conclu M. Proulx.

A propos de Solidarité rurale du Québec

SRQ a été créée en 1991 pour assurer le suivi des Etats généraux du monde rural. Sa mission est de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural, de ses villages et de ses communautés, de manière à renverser le mouvement de déclin et de déstructuration des campagnes québécoises. La coalition est hybride avec son membership composé d'une vingtaine d'organismes nationaux, de quelque 80 membres corporatifs et de plusieurs membres individuels. Depuis juin 1997, SRQ agit à titre d'instance-conseil du gouvernement du Québec en matière de ruralité. De plus, avec l'appui de son secrétariat, elle est un groupe-conseil, un lobby, un centre de formation, un centre de documentation, un lieu de recherche, une petite maison d'édition et un organisateur d'événements.



Source : Solidarité rurale du Québec
Pour renseignements : Catherine Escojido
Téléphone : (514) 927-8807, cellulaire