Comprendre les terroirs pour renouveler l'économie rurale.

29 Juin 1999

Nicolet, le 29 juin 1999 - « Du 21 ou 24 novembre prochain, j'accueillerai à Trois-Rivières, précisait Jacques Proulx, président de Solidarité rurale du Québec, les spécialistes de l'économie des terroirs. Ils viennent d'Italie, de France, d'Irlande, d'Angleterre, d'Espagne, du Canada. Ils travaillent pour l'OCDE, l'Observatoire européen Leader, des universités, leur gouvernement, l'INAO, etc. Ils connaissent les vins, les fromages, les camées, le tourisme, l'ardoise, le verre, la fourrure, la soie, la laine, le lin, le patrimoine, les fleurs, les huiles et les arbres. Ils réfléchissent sur les secteurs économiques qui dépendent du territoire, qui sont accrochés à un coin de pays. Pour faire image, disons, ils vendent partout, au marché public comme par Internet, ce qui ne peut se produire qu'au village. »

Conçu à l'intention des décideurs politiques et économiques, ce Symposium devrait amener à Trois-Rivières 160 personnes : une centaine de Nord-Américains et une soixantaine d'Européens. Pour lancer les débats au Symposium international sur l'économie des terroirs, Solidarité rurale du Québec prépare un recueil de textes : des textes universitaires, des reportages et des chroniques. Les Bouthillier, Martin, Vachon, Debaillieul, Bouchard, Beaujeau, Dubé, Fagegaltier, Freshwater, Escojido écriront chacun un texte variant entre trois et vingt feuillets. Ils parleront des prochaines négociations de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), des appellations d'origine contrôlée, des tendances de marché, de l'agriculture, de la forêt, de la gastronomie, de la mondialisation de l'économie, des génétiques anciennes, d'environnement. Publié en anglais et en français, ce recueil comptera plus d'une centaine de pages.

Appuyé par un comité scientifique et l'Observatoire européen Leader, le Symposium reçoit les contributions financières et techniques du ministère des Régions du Québec, de Développement économique du Canada, du Secrétariat rural du Canada, du Groupe Saputo inc. et de la Société générale de financement du Québec (SGF).

« Outre le fait que nous avons des conférenciers de très haut niveau, je me réjouis de la participation de plusieurs hommes politiques dont messieurs Guy Julien, Jean-Pierre Jolivet, Martin Cauchon et Bernard Landry. Ensemble, nous pourrons peut-être établir une stratégie économique des terroirs qui s'articule autour du déverrouillage de l'économie locale et de la nécessité d'occuper le territoire. Cependant, pour y arriver, il faudra arrêter de croire aux chimères de la nouvelle économie ou des villes locomotives de la prospérité.



Source : Marie Anne Rainville, directrice aux affaires publiques
(819) 293-6825 bureau
(514) 953-9328 cellulaire