Commission parlementaire sur l'avenir de l'énergie - L'énergie doit être au service du développement des communautés rurales

14 Février 2005

ICOLET, le 14 février - Dans une déclaration déposée à la Commission de l'économie et du travail, qui procède à une vaste consultation sur l'avenir énergétique du Québec, Solidarité rurale du Québec a dit souhaiter que l'on mette de l'énergie dans le développement des territoires plutôt que de céder à la tentation du profit vite fait et de l'exportation de la ressource brute.

Comme l'a déclaré le président de l'instance conseil du gouvernement en matière de ruralité, M. Jacques Proulx : "Le secteur énergétique au Québec est une ressource fondatrice de notre économie, qui a jusqu'ici servi en partie notre développement. Il faut maintenant s'assurer de poser les gestes nécessaires pour que les communautés sur l'ensemble du territoire bénéficient davantage des retombées et ce, dans le respect de l'environnement. Dans ce sens, les entreprises en région qui utilisent de grandes quantités d'électricité devront être interpellées et s'engager, en échange de conditions facilitant leur accès à l'énergie, à assurer un développement durable et pérenne qui profitera aux communautés qui les accueillent. Un Québec solide économiquement ne peut se bâtir à coups de Port-Alfred, de Chandler ou d'Arvida. C'est pourquoi la politique énergétique devra donner le maximum de prise au gouvernement pour empêcher au maximum de tels désastres économiques."

Une déclaration en six temps
La déclaration qu'a déposée Solidarité rurale du Québec à la Commission (disponible sur le site Internet au www.solidarite-rurale.qc.ca) comporte six grands axes :

- Une stratégie énergétique ne peut être élaborée sans une conception claire du développement des territoires qui tienne compte des gens qui y vivent et des compétences qui s'y trouvent.
- Cette conception doit s'affranchir de la logique urbaine et essentiellement économique du développement et les stratégies déployées en ce sens doivent témoigner d'une ouverture aux territoires non centraux et aux communautés locales et ce, dans une perspective de développement global.
- Le marché de l'exportation ne constitue pas une panacée pour le développement des territoires de l'ensemble du Québec parce qu'il s'agit d'une stratégie basée essentiellement sur la dimension économique et sur une vision à court terme.
- Le développement des territoires doit concilier exploitation des matières premières et diversification de la structure industrielle au risque d'accentuer le déclin des diverses économies régionales.
- La stratégie énergétique adoptée par le Québec doit s'appuyer sur des principes solides quant au respect de l'environnement et intégrer l'ensemble des préoccupations incluses dans une politique globale de développement durable.
- La stratégie énergétique développée par l'Etat en consultation avec les divers intervenants de ce secteur doit tenir compte des obligations définies par la Politique nationale de la ruralité.

A propos de Solidarité rurale du Québec
SRQ a été créée en 1991 pour assurer le suivi des Etats généraux du monde
rural. Sa mission est de promouvoir la revitalisation et le développement du
monde rural, de ses villages et de ses communautés, de manière à renverser le
mouvement de déclin et de déstructuration des campagnes québécoises. La
coalition est hybride avec son membership composé d'une vingtaine  d'organismes nationaux, de quelque 80 membres corporatifs et de plusieurs membres individuels. Depuis juin 1997, SRQ agit à titre d'instance conseil du gouvernement du Québec en matière de ruralité. De plus, avec l'appui de son secrétariat, elle est un groupe-conseil, un lobby, un centre de formation, un centre de documentation, un lieu de recherche, une petite maison d'édition et un organisateur d'événements.

Renseignements: Catherine Escojido, (514) 927-8807, cellulaire;
Source : Solidarité rurale du Québec