Claire Bolduc quitte la présidence de Solidarité rurale du Québec

30 Mai 2016

Ville-Marie, le 30 mai 2016 – En prévision de l’Assemblée générale annuelle de l’organisation, la présidente de Solidarité rurale du Québec depuis 2008, Claire Bolduc, a annoncé qu’elle ne solliciterait pas un autre mandat.

Cette nouvelle survient dans un contexte où, rappelons-le, l’organisation, qui était reconnue comme instance-conseil du gouvernement en matière de développement rural et réalisait pour lui plusieurs mandats, s’est vu retirer ses mandats et son financement gouvernemental, en décembre 2014, dans la foulée de l’abolition ou de l’affaiblissement de toutes les organisations oeuvrant au développement local et régional. Ce financement représentait 75% de son budget.

Depuis, madame Bolduc, appuyée par quelques bénévoles et contractuels, assurait les suivis nécessaires au maintien de l’organisation et continuait de porter les enjeux ruraux sur les tribunes qui le sollicitait. « Solidarité rurale a eu un impact majeur, pour la reconnaissance du fait rural québécois, pour le droit des ruraux à la différence et pour leur droit à la prospérité. C’est à force de travailler ensemble, en toute solidarité, malgré les différences et les différends, que des victoires ont été possibles pour les communautés rurales québécoises, que des changements se sont produits. Aujourd’hui, c’est dans la solidarité et pas autrement que le Québec continuera d’avancer. Je choisis maintenant de quitter cette fonction de présidence, mais je réitère mon engagement total envers la ruralité et c’est à travers d’autres actions que je vais poursuivre le travail entrepris pour valoriser le monde rural, ses communautés et le génie des personnes qui l’habitent et font vibrer 85 % du territoire québécois. Au-delà des structures, le message de Solidarité rurale doit encore résonner, dans le cœur, dans la tête et dans l’action de ces hommes et ces femmes qui font vivre le Québec rural. »

Des inquiétudes pour la ruralité

Madame Bolduc se dit par ailleurs hautement préoccupée par l’avenir des communautés rurales. Observant les effets croisés des multiples et profondes réformes du gouvernement en place, menées à fond de train en même temps que des coupes majeures du financement dans toutes les sphères d’activité, la présidente voit les territoires ruraux affaiblis dans leur capacité à prendre en charge leur développement social et économique, céder à une certaine morosité. « Il faut se rappeler que nous les ruraux n’avons pas eu de cadeaux, ce sont nos batailles, nos actions et le fait de travailler coude à coude ensemble qui ont permis les gains que nous avons obtenus pour nos milieux. Cette fierté retrouvée, nous l’avons acquise grâce à notre implication et à notre travail. Ne laissons pas à d’autres le soin de nous définir et de décider pour nous, ils peuvent choisir de nous priver de nos moyens, mais il nous appartient de rester fiers de ce que nous sommes et de continuer de bâtir nos communautés et de cultiver cette fierté! »

Une Assemblée générale importante

Prenant acte de la décision de madame Bolduc, les membres de Solidarité rurale du Québec devront donc décider ce qu’il adviendra de l’organisme le 3 juin prochain.

À propos de Solidarité rurale du Québec

Créée en 1991 pour assurer le suivi des États généraux du monde rural, Solidarité rurale du Québec a pour mission de promouvoir la revitalisation et le développement du monde rural, de ses villages et de ses communautés. Composée d'une quinzaine d'organismes nationaux et de près de 300 membres corporatifs et individuels, la Coalition a agi, de 1997 à 2014, à titre d'instance-conseil du gouvernement du Québec en matière de développement rural.