Valeurs

Notre approche: un modèle de développement. Le modèle de développement soutenu par Solidarité rurale trouve ses assises dans la Déclaration du monde rural formulée à l'issue des États généraux du monde rural. Il mise sur la spécificité du monde rural, au plan de son environnement naturel comme de son organisation sociale et culturelle.

Dans ce modèle, Solidarité rurale du Québec propose:

Une approche globale du développement qui intègre ses aspects économiques, sociaux et culturels. Car nous sommes conscients que la seule recherche de la croissance économique qui inspire principalement les grands décideurs n'a pas réglé et ne peut pas régler les problèmes qui confrontent le monde rural et notre société en général.

Une approche territoriale du développement où priment les intérêts et les enjeux des territoires et des communautés humaines qui y sont implantées. Car nous sommes conscients que la seule approche sectorielle ne peut assurer un développement équitable pour tous les citoyens et les citoyennes, et pour toutes les régions et les localités. Cette approche favorise en particulier la diversification des activités économiques et I'implication des populations dans le processus même du développement. Elle ne nie pas pour autant I'importance de I'action sectorielle et la nécessité d'établir des liens entre les deux approches.

Une approche durable du développement. Car nous sommes conscients qu'une recherche de profits et de croissance à court terme, qui n'est pas contrebalancée par une préoccupation de durabilité, conduit à des déséquilibres dévastateurs.

Une approche ouverte sur le monde. Car nous sommes conscients que les préoccupations et les difficultés du monde rural québécois sont aussi celles d'autres régions du monde. En ce sens, elles rejoignent les grandes discussions sur l'ordre mondial et le patrimoine international, que nous croyons nécessaire de suivre étroitement et auxquels nous nous joignons.
 


La Déclaration du monde rural

Les États généraux du monde rural
réunis à Montréal les 3, 4 et 5 février 1991 :

_ Conscients de leurs responsabilités face aux Québécoises et aux Québécois ;

_ Convaincus que le monde rural est actuellement confronté à une grave crise structurelle dans tous les secteurs de l’activité humaine et naturelle ;

_ Décidés à prendre en main le développement général et particulier du milieu rural ;

_ Prêts à vivre en solidarité d’action dans chacune des régions et entre elles ;

_ Assurés de parler au nom de l’intérêt particulier et général des citoyennes et des citoyens du milieu rural ;

S’engagent solennellement :

_ À tout mettre en œuvre dans leur domaine d’interventions respectif pour favoriser la concrétisation du modèle de développement rural tel que défini par l’exercice des États généraux ;

_ À respecter les éléments spécifiques qui ont été dégagés et qui sont à la base de l’édification de la nouvelle ruralité. Ces éléments sont les suivants :

  • La valorisation de la personne ;
  • La prise en charge, par le milieu, de son avenir ;
  • Le respect et la promotion des valeurs régionales et locales ;
  • La concertation des partenaires locaux et régionaux ;
  • La diversification de la base économique régionale ;
  • La protection et la régénération des ressources ;
  • Le rééquilibrage des pouvoirs politiques du haut vers le bas ;
  • La promotion de mesures alternatives pour un développement durable.

Par cet engagement, nous nous rangeons résolument aux côtés de ceux et celles qui travaillent à inventer et à bâtir une nouvelle société rurale et non pas aux côtés de ceux et celles qui considèrent la désertification de l’espace rural comme une fatalité.