Conseils

En vrac, voici une liste de conseils utiles formulés par des néoruraux*.

  • Avant l’installation, il peut être fort utile de rencontrer des néoruraux et des natifs. Ces conversations fournissent souvent de bons points de repères et permettent de confronter les suppositions avec l’appréciation des gens du milieu.
  • L’inspection soigneuse des alentours du lieu choisi permet d’éviter les mauvaises surprises une fois installé.
  • Même s’il faut parcourir de plus grandes distances en campagne qu’en ville, cela prend généralement moins de temps. Dans certains milieux, un service de transport collectif commence à être offert.
  • L’école du village constitue souvent une bonne source d’information pour obtenir des détails sur l’intégration des enfants à la vie scolaire, et parfois même pour savoir où sont situés les services de garde ou un centre de la petite enfance.
  • On peut découvrir des débouchés en vérifiant s’il manque certains types de service ou d’entreprise dans un village (ou un ensemble de villages), et en s’informant pour juger de l’opportunité d’en implanter.
  • L’accès Internet à haute vitesse (et parfois l’accès tout court) n’est pas toujours disponible par réseau téléphonique ou câblé, ou par fibre optique. Il faut par conséquent recourir à une antenne parabolique et prévoir son installation et l’abonnement mensuel au service (plutôt chers) dans les immobilisations et les frais d’exploitation d’une entreprise à domicile. L’accès Internet à haute vitesse s’étend graduellement en milieu rural. Les régions rurales fournissent des efforts pour s’équiper en infrastructures de télécommunication.
  • Bilan des ressources matérielles et immatérielles. Selon l’activité, un certain nombre de questions se posent concernant les besoins en actifs et en équipement (outils, permis spéciaux, deuxième véhicule, etc.). Il est par ailleurs important d’évaluer les ressources
  • immatérielles telles que la formation qui sera peut-être nécessaire en cas de réorientation.
  • Les dépenses imprévues sont souvent inévitables ; il faut donc prévoir une marge de manoeuvre.
  • Il faut savoir écouter et observer. On en apprend beaucoup à écouter et regarder nos nouveaux concitoyens. En somme, il faut se laisser du temps pour découvrir et comprendre des rapports différents à l’espace, au temps et à autrui.
  • L’établissement rapide de relations sur le plan local ne doit pas se limiter aux néoruraux. Il est également utile de nouer des liens avec les habitants de longue date, les commerçants et les responsables d’association.
  • L’intégration est plus rapide lorsqu’on s’implique dans les organismes de la collectivité. Les possibilités sont nombreuses : faire du bénévolat à la bibliothèque, à l’école, à l’église (si on la fréquente) ou dans un comité de la Fête nationale ; assister aux réunions du conseil municipal.



* Néorural : Il s’agit d’une personne qui a vécu en milieu urbain, y compris les « ruraux de retour » et les « ex-villégiateurs », et qui choisit de vivre en permanence en milieu rural pour des motifs d’ordre individuel ou socioéconomique, ou parce qu’elle est fortement influencée par les qualités esthétiques et naturelles du milieu (Myriam Simard, professeure à l’INRS, L’intégration des néoruraux dans Brome-Missisquoi).