/ Vos commentaires

Territoire concerné: 
Vos commentaires
Date de l'activité: 
1 Avril 2012
Commentaires (appel de la liste): 

Commentaires (titre) 

Commentaire de Deschênes Claude (Côte-Nord / La Haute-Côte-Nord, Caniapiscau, Manicouagan)

Deschênes Claude
Agro-Tourisme (Tourisme Côte Nord Manicouagan.
Sacré-Coeur

 FÉLICITATION pour cette source nouvelle d'espoir à une recherche de solutions d'avenir pour "revitaliser" l'agriculture "adapté" de nos petits villages.

                        Nous serons heureux de vous accueillir en Côte-Nord.

 

                                      Claude Deschênes, prés, ATR Manicouagan

Commentaire de Daniel Bérubé (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Daniel Bérubé
Amateur... en tant que conseiller municipal à St-Donat de Rimouski (Mitis)
Saint-Donat de Rimouski

C'était simplement pour vous dire que nous vous attendons avec impatience...  et vous féliciter pour ce projet !  On vous attend !

Commentaire de Jean-Marie Bélisle (Côte-Nord / La Haute-Côte-Nord, Caniapiscau, Manicouagan)

Jean-Marie Bélisle
Président du Groupement agro-forestier de la Haute-Côte-Nord
Longue-Rive

J'inscrit cette date à mon agenda dès maintenant, par ailleurs je trouve que le "territoire couvert" par la rencontre des Escoumins est démesurément grand... J'ai bien peur que nous aurons peu de participants de Manicouagan et de Caniapiscau...

Commentaire de Garnier Marquis (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Garnier Marquis
Président
St-Adelme

La grande majorité des intervention étaient pertinentes. Il est important que la PNR soit reportée pour supporter les gens qui veulent garder leurs de proximité qui veulent survivre.

Si on veut garder nos jeunes, il faut des emplois, des services de proximité, mais le nerf de la guerre ça prend des sous ($) pour pouvoir avancer des choses.

Il faudrait aussi que les gouvernement cesse également de mettre des bâtons dans les roues avec leur bureaucraitie étouffante.

En terminant, j'aimerais qu'au niveau de la protection du territoire agricole, que les gens soient plus ouverts, se servent de leur jugement pour arrêter de bloquer le développement des terres incultes à l'agriculture alors qu'en ville on dézone de belles terres agricoles.

Commentaire de Denis Samterre (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Denis Samterre
Maire
Baie-Des-Sables

Le gros problème de la MRC Matane: une ville, une MRC. Tous pour Matane, mais pas un pour tous!

Donnez la chance aux petites municipalités d'avoir un développement économique. Il n'y aurais pas de municipalité dévitalisé.

Chez nous, la Corporation de développement est plus une coalition, un autre conseil municipal qui aide à notre municipalité, pas une compétition, mais solidaire.

Nos agents ruraux sont les bienvenus chez nous.

Notre développement est créé par les élus minicipaux et le travail de nos agents ruraux.

Merci.

Commentaire de Julie Tardif (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Julie Tardif
Conseillère très impliquée
Val-Brillant

La présence des agents ruraux est indispensable pour notre développement. Au-delà des subventions (qui sont très appréciables), ils sont des boîtes à outils sans fond. Toujours là pour nous aider à élaborer nos projets. De plus, la population doit cesser d'attendre après les élus pour l'élaboration des projets, il faut comprendre que la population doit travailler côte-à-côte avec les élus. Il faut aussi comprendre que le développement de notre munipalité passe par le développement de la MRC et vice-versa. La communication entre les municipalités est hyper importante, il en est de même entre les MRC, il faut travailler ensemble, même but même objectif, assemblons nos idées.

Pour finir, développement = changements, il faut être ouvert aux nouvelles idées, parfois même accepter qu'une bâtisse, un lieu ou autre changera de vocation afin d'éviter la mort.

Oui à la 3e PNR!

Commentaire de Tommy Guénard (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Tommy Guénard
Président C.A. Caisse Vallée de la Matapédia
Amqui

Belle réflexion collective. Très inspirant pour l'avenir.

Commentaire de Pierre Thibodeau (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Pierre Thibodeau
Maire
St-Ulric

Nous sommes à l'heure de la communication, de la mobilisation. Grâce à la solidarité et à la formation, nous pourrons avoir une approche commune qui tient compte de la culture de différentes générations et porteuse d'une vision durable.

Commentaire de Angélite Bérubé (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Angélite Bérubé
Citoyen
St-Gabriel

Considérante les commentaires formulés ici, ce soir, je constate que personne n'a vraiment parlé de pauvreté et je crois que toute les difficultés que l'ensemble des ruralités font face, c'est la pauvreté. Notre gouvernement investi des sommes incroyables dans le développement des mines et très peu, voire même pas du tout, dans le développement municipal, au soutien; alors misons sur un plus grand investissement dans les milieux ruraux. Il y a des fraudes au sein de notre gouvernance, des pertes énormes et je crois que si ces sommes seraient mieux protégées il y en auraient sûrement un peu plus pour nous développer dans nos régions et ainsi soulager le fardeau fiscal des concitoyens ruraux.

Merci.

Commentaire de Laurent Émond (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Laurent Émond
Maire
Ville de Price

Le plus dur des projets est de travailler en équipe!

Longue vie à la PNR !

Commentaire de Michel Martin (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / Bonaventure et Avignon)

Michel Martin
Secrétaire-trésorier pour le Comité de développement local de St-Alexis-de-Matapédia
St-Alexis-de-Matapédia

Échanges intéressants

La présidente est convaincante et a les mots justes.

Bravo! Continuez votre travail, nous avons besoin d'être brassés.

Commentaire de Judith Bujold (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / Bonaventure et Avignon)

Judith Bujold
Conseillère municipale
St-Siméon

Tout était cohérent et nécessaire.

Une politique bio-alimentaire demeure urgente à établir. Le fermier au coeur de l'agriculture. Avec un environnement sain, eau potable et air de qualité. Que la loi sur les mines soit réformées, ça peut devenir des leviers économiques.

Merci de reconduire les enveloppes du Pacte rural.

Commentaire de Luc Potvin (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / Bonaventure et Avignon)

Luc Potvin
Organisateur communautaire et producteur de légumes
Caplan

Il nous faut développer une ruralité fière de ce qu'elle est et qui notamment, augmente son autarcie. Donc: qui se nourrit, qui se loge, qui se chauffe, s'éclaire et se meut.

Valoriser, favoriser...
_ les aliments d'ici (et en Gaspésie le potentiel est énorme avec la terre, la mer, la forêt),
_ les matériaux d'ici,
_ les énergies douces et vertes issues du territoire.

Il y a là une possibilité de développement énorme. Il faut construire, éduquer sur les potentialités énormes que revêtent nos champs d'intervention. Le savoir-faire doit se développer au XXIe s. dans les chantiers. Le tout en respect de notre nature humaine et biophysique.

Merci de venir nous voir et de porter notre voix.

Commentaire de Élise Dumouchel (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / La Côte-de-Gaspé, Rocher-Percé, Haute-Gaspésie)

Élise Dumouchel
Agente de développement communautaire à produire la santé ensemble
Pabos

Jeunes: informer, stimuler le sentiment d'appartenance, aller au-delà du préjugé, manque d'emploi et de la dévitalisation.

Favoriser les circuits courts, autant dans le domaine des services, de l'agriculture, des ressources naturelles (de l'énergie), etc.: moyen de vitaliser la ruralité au niveau économique, social, environnemental.

Commentaire de Bertrand Anel (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / La Côte-de-Gaspé, Rocher-Percé, Haute-Gaspésie)

Bertrand Anel
Citoyen et Coordonnateur du laboratoire rural Agroforesterie et paysage
Percé

Beau travail à l'équipe de SRQ. Rencontre simple, sympathique, vraie et positive.

J'aime l'idée de 'vision'; vision locale et vision globale.

Il faudrait intégrer à la prochaine PNR des tables de concertation régionales multisectorielles permettant d'intégrer, à l'échelle locale (régionale), les différentes activités productives et communautaires.

L'agriculture et la forêt sont sources de richesse. Elles sont à envisager à l'échelle provinciale mais aussi à l'échelle locale.

L'hamonisation des différentes activités, au-delà des habituels silos, doit donc être une priorité. Elle conduit nécessairement à la modulation des programmes.

Commentaire de Louisette Blondin (Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine / La Côte-de-Gaspé, Rocher-Percé, Haute-Gaspésie)

Louisette Blondin
Bénévole pour le Centre communautaire, engagé dans la vie municipale et participe aux assemblée municipale
Percé

Je suis très heureuse de la rencontre parce que j'ai découvert un groupe où j'ai senti que mes préoccupations étaient entendues. Je me sens moins seule. J'aimerais recevoir le rapport de votre tournée.

(...)

Faire connaître à ceux qui nous administrent ce que vous venez de nous faire part est et sera de la plus haute importance.

Commentaire de Gino Boucher (Bas-Saint-Laurent / La Mitis, La Matapédia, Matane et Rimouski)

Gino Boucher
Agent de développement rural
Lac-au-Saumon

Je reprends le commentaire que j'ai exprimé le soir de la rencontre à Sainte-Flavie.  Les gens des régions ont besoin d'être éduqués sur la PNR, la SRQ et le travail d'agent de développement rural.  Il faut trouver des moyens de faire connaître d'avantage la profession d'ADR, cela se faisant, la PNR et la SRQ se feront connaître davantage aussi et les projets vont se mettre à pousser comme jamais !  Le commun des mortels ne sont même pas au courant que ces outils de développement existent, il n'y a que le monde municipal qui le sait et visiblement, ça ne suffit pas. Si nous souhaitons voir d'avantage l'émergence de projet structurants en provenance de la base citoyenne, nous devons trouver d'abord un moyen d'éduquer les citoyens des régions.

Commentaire de Lucille Trudel (Mauricie / Toutes les MRC)

Lucille Trudel
Support à différentes associations
Shawinigan, secteur St-Jean-des-Piles

Très bonne animation, bravo!

Soirée très intéressante, on se sent écouté, beaucoup d'information sur les programmes existants, très bons échanges entre les participants et les animatrices font en sorte que chacun puisse s'exprimer. Je crois que présentement nous avons une très bonne présidente (Mme Bolduc) qui est à l'écoute et qui semble avoir très à coeur la solidarité rurale. Il faut continuer à s'aider si on veut continuer d'avancer.

Le pacte rural doit continuer d'exister si on veut que ça continue.

Commentaire de Patricia Ladouceur (Mauricie / Toutes les MRC)

Patricia Ladouceur
Coordonnatrice des projets; CJE Maskinongé
Saint-Justin

La relève me préoccupe. Il est primordial de travailler sur l'accueil et la rétention des jeunes diplômés postsecondaires. Il y a un accroissement sur certains territoires, mais si on regarde les tranches d'âges on remarque un retour des baby-boomers. Ce n'est donc pas un accroissement au niveau de la main-d'oeuvre active. Les projets comme 'Place aux jeunes' sont intéressants et doivent être portés par la collectivité. L'accueil des arrivants est très important...

Il faut travailler sur des projets locaux, mais aussi sur des projets régionaux. La jeunesse est un axe important: "la persévérance scolaire", "l'entrepreneuriat jeunesse"... Nous avons une table jeunesse qui nous permet de se concerter à ce sujet. Le Pacte rural, selon moi, est un appui financier pour la collectivité... L'emploi en région est un moteur qui fait tourner l'économie.

L'entrepreunariat est aussi d'une grande importance. Nous, en Maurcie, avons beaucoup à faire à ce niveau. Nous nous trouvons au 12e rang sur les 16 régions, malgré le fait que nous soyons au coeur du Québec.

Commentaire de Jean-Marc Blais (Mauricie / Toutes les MRC)

Jean-Marc Blais
Citoyen et responsable d'un projet municipal
Charette

Il est essentiel de maintenir OU augmenter les moyens, programmes et mesures favorisant le dynamisme du monde rural. Son tissu social est riche pour le patrimoine et génère des idées novatrices de développement.

On regarde les idées de Fred Pellerin à Ste-Élie. Elles viennent d'un village dévitalisées qui aujourd'hui revit à partir d'innovations.

Commentaire de Marie-Josée Lauzière (Mauricie / Toutes les MRC)

Marie-Josée Lauzière
Développement des bibliothèques
Trois-Rivières

Rencontre intéressante quoique un peu déçue de ne pas voir des intervenants du milieu culturel. Nous avons occulté la question de l'éducation aussi. Je serai toute de même présente aux rencontres au Centre-du-Québec et dans Lanaudière, car ce sont des territoires avec lesquels nous travaillons.

Commentaire de Serge Hénault (Chaudière-Appalaches / Les Appalaches, Lotbinière, Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche, Beauce-Sartigan

Serge Hénault
Directeur URLS de la Chaudière-Appalaches
Lévis

J'aimerais y assister. Comment s'inscrire ?
--------------------------------

Bonjour M. Hénault,
Vous pouvez vous présenter directement à la rencontre sans vous inscrire préalablement.
Soyez le bienvenu.
Caroline De Hamel

Commentaire de Pierre Bluteau (Chaudière-Appalaches / Les Appalaches, Lotbinière, Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche, Beauce-Sartiga

Pierre Bluteau
Citoyen impliqué dans la lutte au développement de l'industrie du gaz de schiste.
Leclercville (Lotbinière)

Je serai présent le 25 à East-Broughton.  J'ai organisé un voyage en Pennsylvanie l'automne dernier pour une cinquantaine de citoyens de la Vallée du St-Laurent.  Nous voulions aller voir à quoi nos milieux ressembleraient si les compagnies gazières y implantaient 20 000 puits de gaz de schiste comme elles le prévoient. Nous en sommes revenus avec des conclusions que je veux partager avec Solidarité rurale.  Il faut que nos communautés locales prennent le virage vers les énrgies vertes et que le Gouvernement les soutiennent en ce sens.

Commentaire de Jean-Claude Vézina (Estrie / Haut-Saint-François, Le Granit, Coaticook)

Jean-Claude Vézina
journaliste pour le Journal le Haut-Saint-François, (communautaire et régional)
La Patrie

Bonjour!

J'ai constaté que les 103 participants, très dynamiques d'ailleurs, connaissaient tous la SRQ sans nécessairement savoir ce qui se fait ou se faisait dans les MRC voisines.

J'ai réalisé encore une fois que l'information ne se rend pas jusqu'aux citoyens puisqu'elle est affaire d'élus, de «fonctionnaires» et d'autres responsables d'organismes.

Comme nous avons pu le constater, exception faite de la présence du Journal le Haut-Saint-François, pour lequel je travaille, aucun autre média de l'Estrie n'était présent malgré les invitations que vous leur aviez lancées. Ce n'est pas un blâme, il s'agit d'une constatation trop fréquemment répétée.

Ceci étant établi, je souhaiterais vivement que, dans la prochaine PNR, on ajoute le volet «information médiatique» au programme.

Cette information, que les grands médias, en général, négligent, devra (it) être diffusée par les médias régionaux privés ou communautaires et les petits journaux locaux. De cette façon, plus de «ruraux» auront la chance d'être partie prenante des décisions les concernant puisqu'ils connaîtront la teneur des débats en cours. Le poids démographique de leur voix aura ainsi plus d'impact.

Il faut voir les statistiques qui démontrent que le taux de pénétration des médias régionaux et locaux, particulièrement les médias écrits, dans les familles, est plus important que celui des grands.

J'ai fort apprécié la «joie de vivre» qui émanait des intervenants. Pourtant, j'aurais pensé que les sujets gravissimes traités ce soir-là auraient porté l'assemblée à présenter des «faces de carême» comme c'est souvent le cas dans ce genre de rencontres. Il faut croire que c'est le peu de neige de l'hiver nous rend plus joyeux...

Commentaire de Lise Houle (Montérégie / La Vallée du Richelieu, Pierre-de-Saurel, Marguerite-D'Youville, Les Maskoutains, A

Lise Houle
Membre du Regroupement citoyen contre le gaz de schiste Verchères
Verchères

Votre préoccupation première devrait être de contrer l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste au Québec. Cette industrie, si elle réussit à s'implanter, changera à jamais le monde rural. Imaginez un seul instant, 20 000 puits dans toute la vallée du Saint-Laurent entraînant la pollution de l'eau, de l'air, des terres, la fracturation sociale, c'est cela le monde rural à venir. Vous faites des consultations sur la nouvelle politique nationale de la ruralité? C'est très bien! Mais permettez-moi de faire le parallèle suivant: c'est comme si je faisais des plans pour rénover ma maison, alors que je sais pertinemment qu'un pyromane rôde autour de ma propriété, et que ce n'est qu'une question de temps, pour qu'il y mette le feu. Puis-je encore rêvée d'une belle maison, d'une belle terre, de beaux paysages, de vivre paisiblement dans ma municipalité à 98% agricole. Non. Je ne suis pas pessimiste, je suis réaliste. Il est temps d'ouvrir les yeux, de dire haut et fort à notre gouvernement, qu'on ne veut pas du développement de l'industrie du gaz de schiste au Québec, sur nos terres agricoles, notre précieux garde-manger. Vous qui défendez le monde rural, qui croyez à son développement, vous avez la responsabilité et le devoir d'alerter les propriétaires de terres agricoles, de boisés, etc. des conséquences à court et à long terme de la venue des gazières sur nos terres. En espérant que ce message, comme tous ceux qui l'ont porté à votre attention ce jeudi 2 février, soit bien entendu, bien que certaines personnes y faisaient objection. Nous devons comme citoyens, participer au développement de nos ressources naturelles. Nous voulons que ces ressouces respectent notre environnement. Nous voulons que plus de recherche et plus d'agent soient consacrés au développement d'énergies vertes et durables. Le monde rural peut et doit y participer, c'est tout à son avantage.

Réponse de SRQ:

Madame Houle,
Nous tenons à vous remercier de votre contribution à la consultation de Solidarité rurale qui porte, comme vous le savez, non seulement sur la prochaine Politique nationale de la ruralité, mais également sur l’avenir de la ruralité. L’enjeu que vous soulevez est fondamental pour l’avenir de la ruralité. Et vous n’êtes pas la seule à partager cette inquiétude pour l’avenir de nos villages. Dans votre région, on nous a beaucoup entretenus des gaz de schiste. Ailleurs, c’est le développement éolien qui inquiète, ou encore le dossier des mines. À l’inverse, d’autres nous ont parlé de la frustration de voir des rangs électrifiés, vidés d’agriculture, laissés en friche, et de ne pas pouvoir les développer à cause des lois en vigueur sur la protection du territoire agricole. Il s’agit là d’autant de situations qui réfèrent aux mêmes questions: à qui appartient le territoire et donc, les ressources qu’on y retrouve? Qui peut le mieux orienter les décisions pour habiter, développer et desservir notre ruralité? Ces questions, vous avez raison, il est essentiel de se les poser pour bâtir un avenir solide pour nos communautés. Car des réponses dépend le modèle de développement que l’on y privilégiera. Ce sont des questions tellement importantes que nous y consacrerons trois forums à l’automne, sur les ressources naturelles et les modèles économiques, l’éducation et la culture ainsi que la gouvernance et le territoire pour transmettre la réponse des ruraux au gouvernement. J’espère que vous répondrez à l’invitation lancée.
Merci encore de votre commentaire,

La présidente,
Claire Bolduc

 

Commentaire de Gilles Nadeau (Chaudière-Appalaches / L'Islet, Montmagny, Bellechasse, Les Etchemins)

Gilles Nadeau
Maire
St-Gervais

Maintien des services de proximité : école, épicerie, bureau de poste, caisse ou banque, etc. Actuellement, dans Bellechasse, le centre financier aux entreprises risque d’être concentré à Lévis. Donc, plus difficile d’être en contact avec les directeurs de comptes.

Éducation : Amener un bon mélange entre « éducation » et « formation ». une bonne formation est souvent promesse d’emploi.

Contrer le phénomène du « pas dans ma cour » si on veut vraiment un développement durable.

Commentaire de Martin Roy (Chaudière-Appalaches / L'Islet, Montmagny, Bellechasse, Les Etchemins)

Martin Roy
Directeur général adjoint, MRC Les Etchemins
Saint-Zacharie

- Mobilisation des milieux (élus + citoyens + organismes).

- Apprendre aux municipalités à travailler ensemble peu importe la grosseur.

- Abattre les bannières territoriales (esprit de clocher).

- Avoir plus de liberté pour agir (modulation des programmes).

- Mise en commun des forces du milieu.

- Plus de moyens financiers.

- Groupe de travail n’est pas connu des milieux.

- Publicité par les agents ruraux qui pourraient nous vendre à l’extérieur de la région.

Qui est mieux placé que le monde rural pour décider.

Comment planifier le territoire rural?

Commentaire de Hervé Blais (Chaudière-Appalaches / L'Islet, Montmagny, Bellechasse, Les Etchemins)

Hervé Blais
Maire et Préfet
St-Damien-de-Buckland

La nouvelle PNR doit être gérée par les MRC et non par les CRÉ.

Au niveau des services de proximité, aider les municipalités qui se prennent en main pour se doter de ces services. Ex. reconnaissance des CCOI de santé et aider à leur financement.

Commentaire de Samson Robert (Chaudière-Appalaches / Les Appalaches, Lotbinière, Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche, Beauce-Sartigan

Samson Robert
Responsable Questions-famille
St-Gilles

Le premier objectif de la PNR est très important « mobilisation pour profiter… » représente un grand défi.
Les élus sont préoccupés de répondre aux besoins de leurs concitoyens mais peuvent avoir soit manque de temps, de soutien et d’expertise pour imaginer l’avenir, se projeter, planifier. Il faudrait dans le prochain pacte continuer à aider le monde municipal à comprendre l’importance de se projeter dans l’avenir avec des cibles concrètes, mesurables, observables.
Les soins doivent servir principalement à réaliser les rêves de la population, à stimuler l’imagination collective et à garder vivante a solidarité dans les milieux (et non servir à régler les problèmes au quotidien).

Commentaire de Paulette Pomerleau (Chaudière-Appalaches / Les Appalaches, Lotbinière, Nouvelle-Beauce, Robert-Cliche, Beauce-Sar

Paulette Pomerleau
Conseillère municipale
Ste-Clothilde-de-Beauce

Suite à tous les commentaires et les interventions où j’ai entendu les gens parler de l’appui de différents paliers. Cependant, pour réussir nos projets, nous devons développer le sens de la solidarité dans chacun de nos milieux.
(…)

Commentaire de Carolyne Aubin (Centre-du-Québec / Nicolet-Yamaska, Arthabaska, Bécancour, Drummond et de l'Érable)

Carolyne Aubin
Conseillère en développement durable
Nicolet

 Pour parler de solidarité, il doit y avoir des communautés qui créent et qui supportent cette solidarité, qui est la force du développement rural. Dans le cadre de mon travail, je côtoies des maires et conseils municipaux et des citoyens qui souhaitent voir leur village se développer, mais le sens de la "communauté", du mot "communauté", n'est plus aussi présent. Le sens du "collectif", de l'Agir collectivement et de bâtir ensemble est très peu présent dans les mentalités actuelles. L'individualisme a pris beaucoup de place...Malheureusement, la démocratie, la solidarité n'est pas inculqué à nos enfants (qui sont l'avenir et qui devront continuer à bâtir le QC.) Peut-être serait-il intéressant que l'éducation primaire et secondaire intégre ces apprentissages en ce sens. Mais avant tou, cette éducation à la démocratie, à la citoyenneté doit venir de la famille elle-même. Merci! 

Commentaire de Daniel Lafond (Centre-du-Québec / Nicolet-Yamaska, Arthabaska, Bécancour, Drummond et de l'Érable)

Daniel Lafond
maire
St-Cyrille-de-Wendover

Bonjour,

très déçu de cette rencontre. Peu d'interventions se rapportaient au sujet de la rencontre, quel AVENIR et quels OUTILS. Je m'attendais à entendre des gens de divers milieux parler des difficultés et des succès dans leur milieu. Des actions prises et à venir. La démocratie doit se faire à tous les jours, pas quand bon me semble, c'est un choix personnel. Des solutions comme accessibilité à INTERNET, garder les écoles et autres services de proximité ouverts, créer des cafés rencontre pour garder nos résidents et attirer de nouvelles familles. Développer d'autres services. Les conseils municipaux aussi doivent faire leur part. Tout ne doit pas être considéré comme une dépense, certaine chose doive être considérée comme un investissement à long terme. Travailler, investir, s'impliquer dans sa municiplalité pour garder les acquis que nous avons et développer d'autre service. Pour les commissions scolaires qui sont "forcées" de fermées des écoles soyez plus imaginatif, vous devriez avoir honte. Même chose pour caisse, poste etc...

Accueil: bon
Salle et heure: excellent
Animation: faiblesse pour center les discussions sur les sujets

Commentaire de Véronique Trudel (Abitibi-Témiscamingue / Abitibi, Abitibi-Ouest et La Vallée-de-l'Or)

Véronique Trudel
mère impliquée, agente de développement rural
Saint-Mathieu-d'Harricana

Les idées ont su mûrir pendant la nuit suivant la rencontre à La motte et si je me projette en 2032, j'aimerais que trois choses soient réalisées:

-Une plateforme de compostage au niveau territorial ou régional afin de réduire les gaz à effet de serre et que le compostage soit devenu facile et accessible 

-Une plateforme de transformation de nos produits d'agriculture et de nos ressources naturelles afin d'être en mesure de consommer nos propres légumes pendant la saison hivernale (bleuets séchés/congelés, poudre d'ail, choucroute, légumes congelées, etc...)

-Transport en mono-rail vers les grands centres.Énergie renouvelable.

 

Merci à vous d'être passé chez nous. C'est très inspirant! VOUS êtes inspirantes!

Merci Claire Bolduc pour tes mots qui SHAKENT mais qui font du bien!!

Véronique Trudel

Commentaire de Roy Eugène (Saguenay-Lac-Saint-Jean / Lac-Saint-Jean-Est)

Roy Eugène
conseiller municipal
Métabetchoua-Lac-à-la-Croix

Juste un mot pour mentionner que j'ai grandement apprécié la rencontre. J'ai trouvé la rencontre dynamique et bien animée. Madame Bolduc a teminé par un exposé motivant. Et surtout, j'ai appris; j'ai mieux compris Solidarité rurale. Après la rencontre j'ai cherché à mieux comprendre le volet " Modulation des politiques et des programmes gouvernementaux". Ouff....dans la pratique, les politiques sont loins d'être ajustées aux besoins des régions et ce, malgré le DIRE du gouvernement de tenir compte des régions...Ceci étant dit, que faisons-nous pour en arriver à changer les choses? Est-ce que des réseaux solidaires et actifs devant les projets de lois et autres sont en pleine présence afin de faire valoir le fondé d'exigences qui nous reviennent de droit pour mieux se développer comme ruraux et régionaux? Mes expériences dans le monde politique me montrent que la volonté réelle de vouloir changer les choses pour un "monde meilleur" est loin généralement en présence. Vouloir, désirer et réaliser des améliorations, des changements cela est exigeant et surtout demande du courage. >Le courage ne court pas les rues...la facilité, le laisser-faire, le manque de rigueur sont habituellement observés. Finalement, je terminerai en mentionnant qu'il faudrait obligatoirement que "l'agir" soit en ligne avec "le dire". Si cette règle était sans cesse nos manières d'être nous constaterions que nos manières de faire seraient radicalement différentes. BRAVO, et ensemble il faut continuer à agir avec le plus de courage possible et avec une vision construite dans la solidarité.

Commentaire de Jean-Marie Bélisle (Côte-Nord / La Haute-Côte-Nord)

Jean-Marie Bélisle
Président du Groupement agro-forestier et touristique de la HCN
Longue-Rive

Heureux de constater qu'on ait ajouter um troisième lieu de rencontre pour la Côte-Nord et qu'on ait déplacer la date de la rencontre au 15 mars, pcq j'avais un sérieux conflit d'horaire...

Rép.SRQ : Heureux à notre tour de compter sur votre présence. Au plaisir.

Commentaire de Yves Côté (Lanaudière / Montcalm, Joliette, D'Autray, L'Assomption et Matawinie)

Yves Côté
Soutien à des démarches d'animation citoyenne
Terrebonne mais je travaille au CLSC de Saint-Jean-de-Matha

Bonjour,

Je serai présent lors de cette trournée.  Au plaisir.

 

Commentaire de André Patry (Outaouais / Les Collines-de-l’Outaouais, Vallée-de-la-Gatineau et Pontiac)

André Patry
Conseiller municipal
Bouchette

Félicitations pour votre prestation à Wakefield. J'ai appris énormément de cette rencontre et je ne vois plus la ruralité de la même façon. Je suis agréablement surpris de constater que nous ne sommes pas les seuls dans notre région à souffrir de décisions prises par nos dirigeants gouvernementaux lesquelles sont totalement détachées de la réalité de nos campagnes. Que ce soit Hydro-Québec qui nous interdit d'embellir leurs affreux poteaux, du ministère des Transports qui nous empêche de mettre des fleurs sur notre pont, des schémas de couverture de risque qui ont été pondus pour les grandes villes et qu'on nous impose à coups de centaines de milliers de dollars en plus des nombreux équipements sécuritaires dispendieux imposés à nos employés ou de l'UPA qui freine nos efforts en développement touristique et économique, nos petites municipalités souffrent énormément. On a un réel problème qui va s'empirer avec le temps si on ne fait rien. On a perdu la presque totalité de nos services de proximité et avec l'augmentation des prix de l'essence, ça va coûter de plus en plus cher pour aller chercher ces services à distance. On ne peut que saluer votre travail et on vous encourage à le continuer. Bravo à tous les interlocuteurs qui ont pris la parole. C'est rafraichissant de voir cette solidarité pour la ruralité et on met beaucoup d'espoir dans votre coalition. Un merci tout à fait spécial à votre organisatrice qui a pris la parole à la fin. Son allocution m'a convaincu qu'elle a la ténacité et la motivation requise pour gagner son pari.